EFFECTIFS
L'amalgame désiré par le Commandement - et accueilli sans réserve - mêlait 253 élèves issus des Corniches et 188 issus des Corps de Troupe pour former une Promotion de 441 élèves, auxquels il faut ajouter 10 Officiers Luxembourgeois.

 

LA PREMIÈRE ANNÉE D'ECOLE
"Débourrage" des C.D.
Provenant des Corniches - avec une forte proportion de Brutions - les "C.D." rejoignent l'Ecole au début d'Octobre 1948. Installés dans les bâtiments de l'îlot B, dans des conditions très "rustiques" (chambrées de 30, châlits métalliques, repas amenés en norvégiennes dans les chambrées et consommés avec gamelles et quarts réglementaires, poncho comme seul vêtement de pluie, etc...), ils reçoivent une instruction militaire sommaire (présentation, ordre serré, actes élémentaires du combattant...) destinée à leur permettre d'être "dignes de sortir seuls en uniforme". A l'issue de celle-ci ils seront "ventilés" dans des Corps de Troupe qu'ils vont rejoindre au début de Novembre 1948.
Stage dans les Corps de Troupe
A raison de 2 à 5 par Corps, ils sont ainsi "immergés" dans le contingent à la vie duquel ils vont participer, comme 2ème Classe (parfois promus 1ère Classe au bout d'un mois) puis au sein d'un Peloton d'Elèves-Gradés d'où ils sortiront caporaux-chefs ou brigadiers-chefs. Ce sera ensuite le Peloton d'Elèves-Sous-Officiers, souvent dans une Ecole. Après une brève période où, de retour dans leur Corps, ils connaîtront les joies du rôle de "Chef de Poste", ils regagneront le Camp de Coëtquidan en Mai 1949.
Amalgame CD - CT
Dès leur arrivée, ils seront mélangés - à l'échelon section - avec leurs camarades issus des Corps de Troupe et provenant des Pelotons Préparatoires à l'ESMIA. Parmi ceux-ci certains arborent déjà un galon de Sergent-Chef voire d'Adjudant (il y avait même 2 Aspirants d'active) et certaines poitrines portent déjà bien des décorations. N'ayant qu'une maigre solde de "Sergent PDL", les "C.D." seront bien souvent soutenus financièrement par les "C.T.", ce qui contribuera, de même que les "bahutages" subis en commun, à renforcer les liens d'amitié qui n'ont pas tardé à se nouer.
Instruction
L'instruction générale, durant cette courte période de 2 mois 1/2 de "Bazars", est réduite à quelques conférences et quelques cours de langues. L'instruction militaire se limite à "l'apprentissage du rôle de Chef de Groupe dans le cadre de la Section". L'éducation physique tient une large place.
Faits marquants
Ce sont : le camp marin de Penthièvre, le défilé du 14 juillet à Paris à l'occasion duquel les deux Bataillons de SAINT-CYR arborent - pour la première fois depuis 1939 - le Grand U et surtout, bien sûr, le Baptême de la Promotion -le 7 août 1949- en présence des plus hautes autorités civiles et militaires et... de Madame FRERE, rescapée de deux ans de déportation. Celle-ci devait par la suite rester en contact permanent et très étroit avec la Promotion qu'elle considérait comme sa "véritable famille".

 

LA DEUXIEME ANNEE
Instruction
La guerre d'Indochine battait son plein et coûtait à l'Armée française la valeur d'une Promotion par an. L'encadrement de l'Ecole était constitué par de jeunes Officiers qui avaient fait leurs preuves en Italie, durant la campagne de Libération de la France, dans la Résistance, voire déjà en Indochine.

Le commandement nous préparait donc essentiellement à tenir rapidement - AU COMBAT - le rôle de Chef de Section, réservant sagement pour des temps plus calmes les compléments de formation que représenteraient ultérieurement pour certains des stages techniques, l'Ecole d'Etat-Major ou l'Ecole de Guerre.

Le programme des études comprenait - en plus des voyages d'étude, marches, manoeuvres, exercices de nuit et autres activités - des cours de :

Culture générale
349 heures se répartissant en:
  • 168 heures de "complément de formation scolaire"
  • 117 heures de préparation de "l'homme cultivé"
  • 19 heures "d'éducation du citoyen"
  • 12 heures de "rôle du Chef"
  • 33 heures de "documentation cinématographique"
Formation Militaire
555 heures se répartissant en:
  • 405 heures "d'instruction technique" (armement, mécanique, tirs aux différentes armes, mines et pièges...)
  • 150 heures "d'instruction tactique" (Chef de Section et Commandant de Compagnie)
Education Physique
378 heures.

Organisation de la Promotion
Alors que durant la première année ce sont les Majors (CD et CT) qui ont assumé la représentation et la direction de la Promotion, celle-ci s'est dotée en Mai 1949 -par élections- d'un Père Système et d'un conseil des Fines.
Les Bahutages
Suivant en cela l'exemple de ses Anciens, la FRERE s'est toujours efforcée de pratiquer des bahutages ni outranciers ni brutaux mais bien plutôt de style humoristique. Néanmoins le "Coquillard" fut régulièrement briqué et les bazars durent faire face à quelques brimades dont un "vide baro (métrique)" et un "240" général.
Les "Thurnes"
C'est ainsi que nous appelions les "dégagements" que nous organisions à l'occasion du 2S ou de la fin de l'année par exemple et qui permettaient aux talents artistiques (montage de pièces théâtrales) ou choraux de s'exprimer. La "Strasse" y assistait et acceptait de bon cœur la "mise en boite", souvent caustique que nous y pratiquions.
Les chahuts
Soumis à un régime très fatigant, nous éprouvions parfois le besoin de nous défouler et - avec la fougue de notre âge - nous allions parfois trop loin... mais nous avions un encadrement qui, s'il savait sévir (le Conseil des Fines en entier, Père Système en tête, se retrouva ainsi "à l'ours" pour les fêtes du 1er Janvier 1950) savait aussi admettre que nos incartades n'étaient pas des manifestations de mauvais esprit. La "Chichi" pratiquait à notre égard la politique du "brin de laine" qui s'inspirait largement de la devise de notre parrain.
Les manifestations extérieures à l'Ecole
Les principales furent :
Le Gala
Organisé le 16 Mars 1950 à Paris au Palais de Chaillot, en présence des plus hauts personnages de l'Etat (Civils et Militaires) au cours d'un "voyage d'étude". Le Commandement, nous faisant entièrement confiance, nous laissait une totale liberté d'action. C'est ainsi qu'il n'intervint aucunement dans l'organisation de ce gala, tant sur le plan "Officiel" qu'en ce qui concernait le spectacle lui-même, le Père Système étant autorisé à séjourner plus de quinze jours à Paris pour ce faire.
L'inauguration à SAINT-CYR du Monument aux Morts reconstruit
Au cours de cette cérémonie qui se déroula le 6 Juin 1950, le Drapeau de l'Ecole reçut, des mains du Président de la République, la Croix de Guerre 1939-45. Ce fut encore une occasion de manifester la COHESION et l'UNITE de la Promotion. Il avait en effet été décidé en haut lieu que seuls les "CD" participeraient à cette cérémonie. Mais nous ne l'entendions pas de cette oreille et refusions - le Commandement ayant voulu cet amalgame - que l'on opère maintenant un "tri" parmi ceux qui constituaient à nos yeux une SEULE et même PROMOTION. Le Général Commandant l'Ecole avait tenté de faire rapporter cette décision... en vain. Avec sa bénédiction, le Père Système demanda alors à être reçu par le Ministre (Max Lejeune) et obtint que celle-ci fut annulée. A noter que - pour la même raison - nous obtînmes également, après un échange de correspondances assez virulent avec certains Grands Anciens, que la Saint-Cyrienne fasse figurer sur son "annuaire" tous les membres de la Promotion sans aucune distinction.
Le 14 Juillet 1950
La Promo défilait à Paris en "Grand U"... mais avec le fusil Mas 36 sur l'épaule.
Le Triomphe
Le 30 Juillet 1950, tous les moyens disponibles de l'Ecole ayant été mis à la disposition du "Grand Carré", le Triomphe de la "Général FRERE" fut, lui aussi, organisé - entièrement et jusque dans ses moindres détails - par les élèves eux-mêmes, ce qui représentait un effort collectif considérable consenti avec bonne humeur... dans la perspective d'un "Pékin de Bahut" bien mérité.

 

L'AMPHI-ARMES
Les examens de sortie de l'Ecole donnèrent lieu à un classement unique. Le choix des Armes eut lieu lors d'un "amphi armes" au cours duquel toute la Promotion fut réunie au cinéma de l'Ecole face à des tableaux représentant les places prévues dans chacune des armes, chacun venant inscrire son nom dans une case disponible. Les nombres des places "offertes" étaient les suivants :
INFANTERIE :
139 se décomposant en:
  • 104 Fantassins Métro
  • 35 Fantassins Colo
A.B.C. :
56 se décomposant en :
  • 41 A.B.C. Métro
  • 15 Blindés Colo
ARTILLERIE :
140 se décomposant en :
  • 101 Artilleurs Métro
  • 39 Artilleurs Colo
TRAIN : 14
GENIE : 53
TRANSMISSIONS :
29 se décomposant en :
  • 21 Transmetteurs Métro
  • 8 Transmetteurs Colo
MATERIEL :8
Soit un total de : 439 car la Promo avait perdu :
1 Mort lors d'un exercice de combat et 1 redoublant pour cause de maladie en cours de deuxième année.

casoar.gif (1444 octets)